english versionenglish version
we ship all over the world
   


arnaud fleurent-didier
atsuko
audimat
chevalrex
edition paumes
editions nomades
encore super
equilibre fragile
in the mood for
jean
les carnets du dessert de lune
les mondes minuscules
mehdi zannad
microcultures
myriam huré
naïm amor
objet disque
perio
sandrine péron
serge morin
talitres records
transversales records
tricatel
valérie belmokhtar
warner
warum
youpe youpe




annee
alix d. reynis
all the ways to say
aperture
atelier mouti
bdm studio
barbarisme
boulbar
britney pompadour
ciment
carré royal
charlotte gastaut
charlotte sometime
cinq points
claire hecquet-chaut
collection constance
coucou suzette
cubic
de novembre
inaden
judith benita
kaweco
l'amer supérieur
l'indochineur
la bougie herbivore
larmorie
le bénéfique
les editions du paon
lost in
lou & toinon
lovat & green
macon & lesquoy
maison baluchon
maison em
mamamushi
mini labo
moismont
monsieur papier
mrs. nobody
pagil blaja
papillonnage
polepole
quartier libre
rive droite
rue du bouquet
sabrina
samo
season paper
the dybdahl co
trois petits points
unseven
until july
veni vedi vici
virginie gallezot
zuri



Pour s'inscrire
et se désinscrire :  
 
portrait   > ils en parlent   > revue de presse   > site web   > laisser un message
> sélection   > je cherche un mp3   > je cherche un cadeau
Someday we will
foresee obstacles

Syd Matters

Thrid side records

CD album

15.00 €

sélectionner
ils en parlent
Fever in winter...
Syd Matters

3rd Side Records

ep

10.00 €

sélectionner


> toute la revue de presse

25/04/05 - Liability

""A Whisper & A Sigh" a été un disque bouclé dans l'urgence, un rien bancal, mais terriblement attachant. Comme nous, Jonathan aimait Radiohead, Pink Floyd et Gorki's Zygotic Mynci, c'était net. Pour l'enregistrement de son petit second, Jonathan avait plus de jouets, plus d'espace et plus de temps. Je m'attendais donc à un album encore plus porté sur les sucreries synthétiques qui abondaient sur son prédécesseur. Mais "Someday We Will Foresee Obstacles" se révèle être un disque... folk. Jonathan n'a pas trahi, il est resté simple. Ici, ce sont les guitares qui prédominent sur le reste, et ce reste est souvent peu de choses. La voix de Syd n'a pas changé, douce et rauque, mais se dédouble parfois pour des effets plus que réussis (Obstacles), ose des pirouettes plus risquées (Someday Sometimes).

Or, Jonathan a trouvé une chose qu'il ne connaissait pas: un groupe de scène et de studio. Même si ses compositions sont toujours le fruit d'un seul homme, "Someday We Will Foresee Obstacles" - remarquez le nous - est un album de groupe. Chacun apporte sa petite touche subtile et personnelle, du guitariste au batteur. Le résultat le plus évident de cette cohésion de ciment est "What Are You Looking At ?", hallucinante piste cachée en fin de disque, un trésor fantastique, aventureux, sans doute un des meilleurs titres de 2005. Jonathan n'est plus seul, et il s'en réjouit; Gorgy's fait des merveilles à la prod de même que Euro Childs aux choeurs.

Bien que débordant d'idées (fugaces ou développées intelligemment), cet album ne révèlera pas ses secrets facilement. Jonathan, nous sommes fiers de toi! Tu nous a signé un chef d'oeuvre."
Par Yves.



> en savoir plus

> toute la revue de presse






A whisper and a sigh, chroniqué par Juliet sur http://www.liabilitywebzine.com/

On aurait pu être préparé, avec le premier EP qu’il nous a livré, tant il était éblouissant…
Mais non…
On peut parler mélodie, légèreté, songwritting, beauté, magie, arrangement….
Mais non…
C’est le tout qui compte, c’est se passer l’album, puis aller l’écouter en live, c’est seulement comme ça que l’on peut comprendre que le premier album de Syd Matters est exceptionnel. Tout paisible mais renfermant une incroyable richesse. Il sait utiliser l’acoustique qui fait frissonner quand il se mélange aux lamentations des douces et sombres vibrations de ses cordes vocales. Ses nappes envoûtantes pleines de mélancolie ou d’euphorie, suivant les morceaux, en font un album ni triste ni gai, ou peut-être les deux à la fois. Mystère. Un autre mystère…Comment ce compositeur a pu deviner qu’on voulait une jolie couche d’électro à tel moment de sa chanson, ou qu’à un autre, il fallait rajouter une dose de guitare électrique afin de secouer la tête… Ce qui est imparable, c’est que les ¾ des morceaux nous trottent dans la tête dès les premières écoutes. Les autres se dévoilent beaucoup plus secrètement, et ça n’est pas un mal, car autrement, gare à la lassitude ! Mention spéciale pour la construction intéressante des morceaux, loin de la rengaine couplet/refrain, et tout particulièrement pour la boucle d’intro de « Black and White Eyes ».



message  
signé     votre email   


90 rue Legendre 75017 Paris (plan d'accès)
du mardi au samedi de 11h à 20h
tel : 01 42 63 31 36
contact@frenchtouche.com - aide en ligne - conditions générales de ventes

conception & réalisation : webdesign@frenchtouche.com
paiement sécurisé en ligne avec la Banque Populaire