english versionenglish version
we ship all over the world
   


arnaud fleurent-didier
atsuko
audimat
chevalrex
edition paumes
editions nomades
encore super
equilibre fragile
in the mood for
jean
les carnets du dessert de lune
les mondes minuscules
mehdi zannad
microcultures
myriam huré
naïm amor
objet disque
perio
sandrine péron
serge morin
talitres records
transversales records
tricatel
valérie belmokhtar
warner
warum
youpe youpe




annee
alix d. reynis
all the ways to say
aperture
atelier mouti
bdm studio
barbarisme
boulbar
britney pompadour
ciment
carré royal
charlotte gastaut
charlotte sometime
cinq points
claire hecquet-chaut
collection constance
coucou suzette
cubic
de novembre
inaden
judith benita
kaweco
l'amer supérieur
l'indochineur
la bougie herbivore
larmorie
le bénéfique
les editions du paon
lost in
lou & toinon
lovat & green
macon & lesquoy
maison baluchon
maison em
mamamushi
mini labo
moismont
monsieur papier
mrs. nobody
pagil blaja
papillonnage
polepole
quartier libre
rive droite
rue du bouquet
sabrina
samo
season paper
the dybdahl co
trois petits points
unseven
until july
veni vedi vici
virginie gallezot
zuri



Pour s'inscrire
et se désinscrire :  
 
portrait   > ils en parlent   > revue de presse   > site web   > laisser un message
> sélection   > je cherche un mp3   > je cherche un cadeau
Reindeer show the way
Cocosuma

3rd Side Records

CD album

17.00 €

sélectionner


> toute la revue de presse

01/06/05 - Radio Nova

"Sur « We were a trio », Cocosuma mute, se cherche, s’émancipe des canons de la parfaite popsong, et grave des atmosphères désorientées: le solaire Drizzling yet Dazzling, le fantasque Bam Tululu, l’éther de Nutopia ou le fantomatique et très space-rock Did you ever see, morceau pivot de l’album après lequel on perd définitivement pied avec la réalité. Planant au-dessus des arrangements discrets mais essentiels (la reprise de Courtyard de Bobbie Gentry) le chant de Kacey se fait à la fois plus aérien et mélancolique. Une nonchalance et un apparent détachement qui n’est pas sans rappeler une autre voix venue du froid, celle de Nico. « We were a trio » a la tristesse légère des aux revoirs que l’on s’échange les soirs d’été, alors que s’estompe l’intensité du jour passé ensemble. Le coeur inquiet et battant."

> en savoir plus

> toute la revue de presse









message  
signé     votre email   


90 rue Legendre 75017 Paris (plan d'accès)
du mardi au samedi de 11h à 20h
tel : 01 42 63 31 36
contact@frenchtouche.com - aide en ligne - conditions générales de ventes

conception & réalisation : webdesign@frenchtouche.com
paiement sécurisé en ligne avec la Banque Populaire