english versionenglish version
we ship all over the world
   


arnaud fleurent-didier
atsuko
audimat
chevalrex
edition paumes
editions nomades
encore super
equilibre fragile
in the mood for
jean
les carnets du dessert de lune
les mondes minuscules
mehdi zannad
microcultures
myriam huré
naïm amor
objet disque
perio
sandrine péron
serge morin
talitres records
transversales records
tricatel
valérie belmokhtar
warner
warum
youpe youpe




annee
alix d. reynis
all the ways to say
aperture
atelier mouti
bdm studio
barbarisme
boulbar
britney pompadour
ciment
carré royal
charlotte gastaut
charlotte sometime
cinq points
claire hecquet-chaut
collection constance
coucou suzette
cubic
de novembre
inaden
judith benita
kaweco
l'amer supérieur
l'indochineur
la bougie herbivore
larmorie
le bénéfique
les editions du paon
lost in
lou & toinon
lovat & green
macon & lesquoy
maison baluchon
maison em
mamamushi
mini labo
moismont
monsieur papier
mrs. nobody
pagil blaja
papillonnage
polepole
quartier libre
rive droite
rue du bouquet
sabrina
samo
season paper
the dybdahl co
trois petits points
unseven
until july
veni vedi vici
virginie gallezot
zuri



Pour s'inscrire
et se désinscrire :  
 
   portrait du jeune homme en artiste


1 - 2 - 3 >>

14/06/05 - Salzburger Nachrichten

"(...) Der Sound-Minister
Arnaud Fleurent-Didier ist das, was man landläufig einen künstlerischen Spinner nennt. Er verweigert hartnäckig lukrative Angebote französischer Major Labels, um bei der selbst in Frankreich weitgehend unbekannten Künstlerplattform "French Touche" sein eigenes Süppchen zu kochen.
Die Rockkritik hat ihm zu Ehren eine neue Musikkategorie geboren: "Zart-Bitter-Pop". Weil er verschwenderisch mit Melodien und Sounds umgeht. Er komponiert und spielt fast alle Instrumente auf seinem jüngsten Album selbst ("Portrait du jeune homme en artiste"), ausgenommen Klarinette und Flöte. "Aus Zeitmangel", wie er sagt. Seine Texte zeichnen sich durch intelligente Ironie aus. In "Rock Critique" etwa erklärt er, wie man einen perfekten Hit schreibt: "Prophetique, erotique, acoustique, electronique, pathetique, atypique, rock critique". So schafft man es (...)"

Peter Gaigner fait un portait du jeune homme en artiste et de son Monde meilleur ... pour le quotidien autrichien.

> voir l'article


12/01/05 - The French Touch

" Du charme dans la voix, de l'esquisse dans les mélodies... "

Portrait du jeune homme en artiste chroniqué par Bir, dans le webzine The French Touch (sans e, vous aurez remarqué).

> en savoir plus


10/04 - Journal Nantais

Rien ne sert d'espérer pour entreprendre...

Le succès artistique en ce début de vingt-et-unième siècle semble tant le résultat des transactions entre les directeurs de marketing des majors de l'édition et leurs homologues des grandes surfaces culturelles qu'à ce compte-là les seuls disques et livres qui atterriront dans nos bibliothèques le devront à leur disposition en tête de gondole dans les linéaires des magasins bien plus qu'à leur valeur artistique intrinsèque. Aussi dans ce contexte chaque nouveau disque d'un artiste indépendant comme Arnaud Fleurent-Didier distille-t-il un bol d'air de liberté salutaire.
Arnaud Fleurent-Didier est de ceux-là qui poursuivent un chemin de franc-tireur de la chanson pop française. Son dernier album, Portrait du jeune homme en artiste ne s'écarte pas plus que ses prédecesseurs de l'impératif de l'indé : do it yourself ! Multi-instrumentiste, Arnaud y tient la basse aussi bien que la guitare ou la batterie, le piano, et même les violons, ne déléguant que les parties de flûte et de clarinette - et encore pas toujours (...)

Portrait du jeune homme en artiste paraît donc chez French Touche. Ce qui était d'abord une "galerie d'objets touchants" du XVIIème arrondissement (les vêtements, céramiques et peintures, ainsi que les disques, qui y sont disponibles ont la particularité de provenir en direct des ateliers des artisans) est aussi devenu un label par la force des choses.
On rapproche souvent le style de la pop de Fleurent-Didier de celui de Divine Comedy - même penchant symphoniste pour les arrangements léchés de cordes et de voix, évidence de la mélodie - mais le compare-t-on à cet autre touche-à-tout de la pop qu'est Jim O'Rourke sous prétexte qu'Arnaud a contribué entre-temps à la réalisation des disques de Wilfried*, French, Katerine et de Guillaume Fédou - chez French Touche également - , avant de se consacrer à ses propres travaux ?

Les douze nouvelles chansons qui constituent le Portrait du jeune homme en artiste racontent la vie d'un jeune homme décidé à changer de vie et pensant ne pouvoir se réaliser que dans et par l'art. L'album dans la globalité de son concept retrace ce processus, de la résolution à la sagesse, en passant par la colère, mais aussi par le découragement et l'acédie, à travers des ballades aux textes ciselés qui vous trottent obstinément en tête toute la journée. Ses chansons inventent souvent un monde idéal, peuplé d'amis et d'artistes (Le XXIème arrondissement de Paris, Portrait du jeune homme en artiste). S'il vit la musique comme une utopie, Arnaud ne manque pas au passage de railler amèrement les professionnels de la profession dans Rock Critique. Il est vrai que sa carrière n'est pas à l'abri des paradoxes : ainsi son deuxième disque, enregistré sous le nom Notre-Dame, lui avait apporté une certaine reconnaissance dans une frange limitée de la bohème mais s'était vendu surtout au ... Japon. Cherchant la notoriété, certes, l'artiste examine la sincérité de sa démarche. L'autre thème majeur de l'album concerne la relation amoureuse, où le jeune homme partagé entre la passion amoureuse et le besoin de liberté hésite à s'engager. Je voterai pour toi, porté par une ligne de basse lascive et par un électro-beat de disco italienne implacable est un bijou d'érotisme tandis qu'A l'ombre des jeunes filles en pleurs caresse en un clin d'oeil à Proust, la tentation du donjuanisme et en explore les états d'âmes : " Il faut savoir quitter au petit jour / Celle avec qui tu comptais finir / Et comme on quitte son premier amour / Il faut savoir partir sans se retourner. " Et toujours, toujours, aller de l'avant.

Gilles Rocher



10/06/04 - Magic

"(...) Pourquoi on ne trouve pas en France de revue qui parle de la passion de faire de la musique, de la manière nouvelle dont elle est faîte aujourd’hui et qui mette en avant les vrais génies qui bossent dans l’ombre dans ce pays ? C’est le lectorat qui impose qu’on s’attarde sur Autour de Lucie ou Benjamin Biolay ? On ne pourrait pas passer à autre chose ?
Il y a pourtant quelque chose qui se passe chez les trentenaires. C’est pas la « nouvelle chanson française » qu’on hisse partout, c’est juste une ouverture vers la poésie, une envie de beauté qui nous revient, et que nos grands frères n’ont pas eue. Notre génération est pleine de bonnes choses (...) Magic pourrait suivre ça, mais préfère cantonner les grandes choses dans les actualités souterraines, jouer la carte de l’indé, et s’amuser à encenser les produits complètement dépassés des majors.
Il n’y a plus de revue musicale en France (...)"

Interview d'Arnaud Fleurent-Didier par Franck Vergeade

> voir l'article



16/05/04 - Le Petit Bulletin

"(...) Le jeune homme n'a rien d'un bobo poseur tout droit sorti des Beaux Arts et s'il est parisien, il ne nourrit aucune affection particulière pour le XVIIIe. Non, pour lui et sa muse Ema Derton, ce serait plutôt le XXIe arrondissement de Paris, quartier virtuel et idéal, baigné d'un romantisme réaliste qu'on croirait emprunté à un hypothétique film apaisé de Jean Eustache. Touché (...)"

Emmanuel Alarco interviewe Arnaud Fleurent-Didier et chronique son Portrait du jeune homme en artiste pour Le Petit Bulletin (Lyon).

> voir l'article



05/04 - Sélection Fnac

"(...) Cette galette est un de ces OMNI (objets musicaux non identifiables) qui font le régal des oreilles aventurières. Composé, interprété, enregistré et (presque) entièrement joué par Arnaud Fleurent-Didier, Portrait du jeune homme en artiste déploie une poésie de l'intime très singulière. Derrière le désabusement de façade, la noirceur de l'humour et les orchestrations très "variétés années 60", se tapit l'une des plumes les plus convaincantes de la jeune chanson française. A découvrir de toute urgence (...)"

> voir l'article



16/04/04 - Libération

"(...) La voix davantage mise en valeur sur des orchestrations de cordes et de basses londonniennes, Arnaud Fleurent-Didier se rapproche d'un lyrisme orchestral (fin) sixties en même temps qu'il hérite d'une liberté de ton désormais rare en chanson. Son Portrait du jeune homme en artiste commence par une déclinaison des Poètes (vos papiers) de Léo Ferré, dont ne restent que quelques "noms de punks débiles à la Johnny Hallyday". L'énervement donne une verdeur, une inconscience, un allant dont l'album regorge au fil de ses douze titres. Cette acidité contagieuse ne déplaira sans doute pas à la "rock critique" qui se fait pourtant bousculer dans la chanson suivante en forme de hit pop. Il n'est pas besoin d'être reclus à Los Angeles pour se sentir exilé en son propre pays. Et Arnaud Fleurent-Didier se verrait bien en couverture de Magic et dans une interview des Inrocks. Il rêve de playlists, de disques d'or et d'une reconnaissance qu'on lui souhaite dans la mesure où elle ne lui ôte pas son sarcasme (...)"

Chronique du Portrait du jeune homme en artiste par Ludovic Perrin

> voir l'article



04/04 - Technikart

"(...) Combien de certitudes ?
Au moins 1 : il va falloir se donner du mal pour faire de belles choses et les défendre. J'ai beaucoup bossé pour ce disque, et French Touche, mon label, y met une énergie énorme. Heureusement je crois qu'il le mérite, qu'il touche les gens. Je suis vraiment content du résultat (...) "

Interview d'Arnaud Fleurent-Didier par Céline Rostagno
Combien ça chiffre un artiste underground ?
autour du Portrait du jeune homme en artiste et des chansonpoches.

> voir l'article


      
27/08/07 - Libération

"(...) Une mémoire de la chanson française, c’est en partie ce à quoi ressemble sa musique. On songe à Polnareff pour le timbre gracile et les cordes raffinées. «Entre Ferré et Gainsbourg dans les bacs», nuance, malicieux, son site perso. Comme eux, Fleurent-Didier fait le lien entre deux traditions très françaises. D’un côté, l’attachement au format chanson, où priment les textes. De l’autre, une attention aiguë pour l’enrobage sonore des morceaux, qui court des arrangeurs sixties (De Roubaix, Colombier) à la musique électronique la plus actuelle. Car, sous ses airs anachroniques, le garçon est bien de son temps. Exploit rare, il parvient à réconcilier sur son nom deux des chapelles médiatiques les plus antagonistes de ces dernières années, la French Touch et la nouvelle chanson française. Nicolas Godin, du duo electro Air: «La musique d'Arnaud me touche davantage que celle de Gainsbourg.» Et pour Vincent Delerm , «sa musique est aussi belle que celle de Peau d’âne.»
Raconter l’époque sur une musique atemporelle, telle est l’ambition de ce Rastignac pop, qu’impressionne la «générosité, la cohérence et la contemporanéité» de l’œuvre d’un Balzac. Sur un tapis de clavecins rococo, son dernier disque, le Portrait du jeune homme en artiste, disait ainsi les errements du chanteur débutant face aux diktats des Inrocks, aux «Prix verts» de la Fnac et au succès qui ne vient pas ( Mon disque dort). Un portrait qui, par sa sincérité, s’écoute comme un autoportrait en creux (...)"

Portrait d'Arnaud Fleurent-Didier par Auréliano Tonet

> voir l'article


15/04/05 - Libération

"(...) Le texte expliquait le «non» français à la guerre en Irak. Fleurent-Didier a composé avec lui comme Chostakovitch jouait des humeurs politiques de Staline. Au bord de rejoindre Nuit et brouillard de Jean Ferrat, ou Regarde de Barbara, au panthéon des chansons politique du siècle, Un monde meilleur... a déjà eu les honneurs de l'AFP et du Parisien. Dans le magazine Technikart d'avril, Dominique de Villepin réagit. «Je pense que cette relecture peut toucher un large public, affirme-t-il, dont les jeunes.» (...)"

Un monde meilleur... chroniqué dans la rubrique "Tubes à essai" par Emmanuel Poncet

> voir l'article


12/04 - Le Téléviseur Digeste

" Un vrai disque de rebelle : faire de la chanson française avec des morceaux de poésie et des compositions symphoniques, sans rire, il fallait oser. Arnaud Fleurent-Didier l’a fait, et se montre largement à la hauteur de son audace. On l’a comparé à Gainsbourg et à Polnareff, alors que son album est tout ce qu’il y a de plus « fleurentdidiesques » ! "

Sélection du Portrait du jeune homme en artiste d'Arnaud Fleurent-Didier parmi les meilleurs disques de l'année 2004

> en savoir plus


09/04 - Magic Box

" Et si le renouveau de la Chanson Française était incarné par ce jeune homme, mal rasé, timide et cultivé… On peut raisonnablement le penser à l'écoute de Portrait du jeune homme en artiste. Ferré, Polnareff, Gainsbourg, Arnaud a su les assimiler, sans les plagier. Il nous livre un album beau et touchant aux arrangements précieux. Une vraie réussite qui nous donne envie de crier "Vive la Chanson Française" (...) "

Retranscription de l'interview d'Arnaud Fleurent-Didier par Denis Zorgniotti

> en savoir plus


08/04 - Indiepoprock.net

" 'Critique rock, faire un disque je m’en moquais, moi je rêvais qu’on me chroniquait, une interview dans Indiepoprock ! ' (« Rock critique »)
Pardon ? C’est une interview dans les Inrock ?!? Ah bon ! Autant pour moi… Heureusement cet album renferme une multitude d’autres sujets prêtant à satisfaction. A l’heure où l’on se sent obligé de ressortir ses CD de l’homme à la tête de chou face à ces nouvelles grosses cylindrées de la chanson française formatées qui squattent les antennes radios, persistent certains artistes moins médiatisés et pourtant si talentueux (...)"

> en savoir plus


23/06/04 - Artelio

"Entre Gainsbourg, Léo Ferré et Divine Comedy, Arnaud Fleurent-Didier, sorte de jeune Mike Oldfield de la chanson Française, surprend et enthousiasme. Le Portrait du jeune homme en artiste, album-concept intime mais pudique, lyrique mais limpide, mélancolique et joyeux, ressuscite brillamment la french pop en lorgnant vers la Poésie. Un disque du doute et de l’incertitude. Ambitieux et prometteur. (...)"

Chronique et analyse détaillée du Portrait du jeune homme en artiste d'Arnaud Fleurent-Didier et de ses influences par Alaric Perrolier.

> en savoir plus


16/06/04 - La Revue Littéraire

Publication du texte de la chanson Portrait du jeune homme en artiste d'Arnaud Fleurent-Didier, qui clôt l'album du même nom, dans le numéro de juillet 2004 de la Revue Littéraire (Editions Léo Scheer)



26/05/04 - Zurban

"(...) Bien au chaud à l'abri de la place de Clichy, Arnaud vit dans sa propre galaxie, protégé de la rock critic par sa tribu : un monde où il a grandi, dont les frontières seraient le lycée Chaptal et la rue de Rome, la boutique French Touche, son studio d'enregistrement de la rue La Condamine (...)"

Dans l'intimité d'Arnaud Fleurent-Didier par Gwendoline Raisson pour l'hebdo parisien.

> voir l'article


13/05/04 - La Première

Pierre Philippe Cadert visite le studio d'Arnaud Fleurent-Didier à Paris. Rencontre diffusée sur la Première (Radio Suisse Romande) le 13 mai 2004 dans l'émission Radio Paradiso.
> Ecouter l'émission en ligne

> en savoir plus



28/04/04 - La Marseillaise

Un album populaire au sens noble du terme

"(...) L'art d'Arnaud Fleurent-Didier s'impose d'autant plus qua sa conception de la chanson n'est ni élististe ni à ras des pâquerettes. Mélande de pop, de variété, de recherches sonores nouvelles, Portrait du jeune homme en artiste est un album populaire au sens noble du terme où l'on évoque l'ambition, la vie amoureuse, le besoin de reconnaissance dans des chansons enlevées, drôles, attachantes. Emouvantes aussi (...)"

Chronique du Portrait du jeune homme en artiste par Maxime Romain pour le quotidien marseillais.

> voir l'article


14/04/04 - Les Inrocks

"(...) Portrait du jeune homme en artiste, nouvel album du français Arnaud Fleurent-Didier donne à entendre un univers qui tranche singulièrement avec le tout venant de la chanson française. Pour faire plus ample connaissance avec ce jeune homme, découvrez Mon disque dort en écoute et Ce que les gens disent de moi en vidéo live. (...)"

Chronique du Portrait du jeune homme en artiste d'Arnaud Fleurent-Didier, chansonpoche en ligne et extrait vidéo du live à la galerie Léo Scheer.

> en savoir plus



27/03/04 - Le Temps

Arnaud Fleurent-Didier chante les affres de la création domestique dans un album passionnel

"(...) L'ambitieux Portrait du jeune homme en artiste, qui sort ces jours en Suisse, traduit l'opiniâtreté d'un musicien soucieux de défendre sa vision personnelle face à une industrie du disque sur la défensive (...)"

Nicolas Julliard rencontre Arnaud Fleurent-Didier, chronique son Portrait... et présente la boutique French Touche et les chansonpoches pour le quotidien suisse.

> voir l'article


1 - 2 - 3 >>


90 rue Legendre 75017 Paris (plan d'accès)
du mardi au samedi de 11h à 20h
tel : 01 42 63 31 36
contact@frenchtouche.com - aide en ligne - conditions générales de ventes

conception & réalisation : webdesign@frenchtouche.com
paiement sécurisé en ligne avec la Banque Populaire